En marchant sur la route
  Cette Femme Que J'ose
  J't'ai rien demandé
              LIVE STUDIO  
  J't'ai rien demandé
  J'veux du Glucose
  Papiers magiques
  Noir
  Ici et Maintenant
     
Noir

Noire la nuit, qui rend lumineuse la lune
Noire la boucle, qui rend mystérieuses les brunes
Noir le pruneau, qui rend plus sucrée la prune

Noir le bas, qui te fait partir en déroute
Noire la musique, qui fait s’évaporer mes doutes
Noir le bitume, qui nous fait tracer la route

Pourquoi le noir peut nous paraitre si sombre, si sombre
Pourquoi l’espoir à son contact s’effondre, s’effondre
J’aime le noir, il ne m’a jamais fait peur
J’aime le noir, il efface mes rondeurs

Noire ton ombre, dans l’embrasure de la porte Noir le cuir, du canapé qui me conforte
Noir le toutou, qui dort au creux de ma botte

Noir l’oiseau, de cette voix si caressante
Noire la robe, de celle que la foule emporte
Noire la lumière de mon grand frère de mon autre

Pourquoi le noir peut nous paraitre si sombre, si sombre
Pourquoi l’espoir à son contact s’effondre, s’effondre
J’aime le noir, il ne m’a jamais fait peur
J’aime le noir, il efface mes rondeurs

Café noir, quand mes nuits blanches sont trop longues
Lunettes noires, qui m’aident à affronter le monde

Véronique Dubuisson